Le Monde

On entend beaucoup parler de la candidature turque à l’Union européenne mais d’autres pays sont également en négociations. Voici un état des lieux des candidatures.

L’union européenne compte aujourd’hui 27 Etats membres et a connu une « vague » d’élargissements importante en 2004 avec l’entrée de 10 pays puis en 2007 avec l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie. Qu’en est-il aujourdui ?

Qui peut adhérer à l’Union européenne ?

« Tout Etat européen qui respecte les principes démocratiques fondamentaux de l’UE peut demander à devenir membre de l’Union », voici ce qui prévoit les Traités mais comment sur quels critères définit-on un Etat européen ? De nombreuses questions se posent aujourd’hui à ce sujet sur la candidature Turque. Un Etat est-il européen par sa situation géographique, culturelle, historique, religieuse,… ?

Quelles sont les étapes pour adhérer à l’Union européenne ?

Adhérer à l’UE peut prendre beaucoup de temps en fonction des étapes :

  • Dépôt de candidature

  • Statut de pays candidat : c’est au Conseil de l’Union européenne d’accorder le statut de candidat officiel, en prenant compte des recommandations faites par la Commission européenne.

  • La stratégie de pré-adhésion : elle aide les Etats à s’adapter au fonctionnement de l’Union européenne en le faisant participer à des programmes de l’UE et en lui accordant une aide financière.

  • Ouverture des négociations d’adhésion : 4 critères ont été définis depuis 1993 (critères politique, économique, acquis communautaire et capacité d’absorption). Pour que les négociations s’ouvrent le pays doit absolument respecter le critère politique (respect de la démocratie et des droits de l’homme).

  • Lors de ces négociations 31 «chapitres » devront être abordés en vue de l’adhésion du pays à l’Union.

  • Signature du Traité d’adhésion par le pays candidat et les pays membres de l’UE

  • Adhésion à l’Union le jour d’entrée en vigueur du Traité d’adhésion.

Trois pays ont aujourd’hui le statut de « candidat officiel » :

La Turquie et la Croatie ont entamé les négociations d’adhésion le 3 octobre 2005.

Depuis 1963 des contacts sont établis avec la Turquie par le biais d’un accord d’association. Elle se voit attribuer le statut officiel de candidat en 1999 mais les négociations ne s’ouvrent réellement qu’en 2005. Aujourd’hui sur 35 chapitres 11 sont ouverts à la négociation, un chapitre est clos et 8 sont gelés.

Le débat sur l’adhésion de la Turquie est vieux mais divise toujours autant les européens car à travers la Turquie c’est une question difficile qui est abordée et qui n’a toujours pas trouvé de réponse : quelles sont les frontières de l’Europe tant au niveau géographique qu’au niveau du projet (politique, économique) ?

Quant à la Croatie elle est bien engagée dans la négociation et espère rejoindre l’Union en 2011.

L’ancienne République yougoslave de Macédoine a obtenu le statut de candidat officiel en décembre 2005 mais les négociations d’adhésion n’ont pas encore commencé.

Six pays ont un statut de candidats potentiels : le Monténégro, l’Islande, l’Albanie, le Kosovo, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie.

Boris Tadic a déposé la candidature de son pays, la Serbie, à l’Union européenne le 22 décembre. Début décembre les Vingt-Sept ont accepté la mise en œuvre d’un accord de libre-échange entre l’UE et Belgrade qui avait été longtemps bloqué. Depuis le 19 décembre les ressortissants serbes sont également autorisés à se rendre dans l’espace Schengen lorsqu’ils disposent d’un passeport biométrique.

L’élargissement est une question sensible au niveau européen et le devient de plus en plus au gré des adhésions. Chaque pays a une vision différente sur le sujet et il n’est pas facile de s’accorder sur un projet commun. Les années qui viennent seront décisives pour les négociations d’adhésion de la Turquie. Le conflit chypriote, un des éléments de cristallisation de la problématique turque étant sur la voie de la résolution avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau Président chypriote favorable à une réconciliation.

Marion Gaudenzi, diplômée de l’Institut des Hautes Etudes Européennes.

Author :
Print